En ce moment un gros débat agite les blogs : il parait que l’électeur ne lit presque jamais les programmes des candidats aux élections, et vote tel un mouton de Panurge en fonction de la personne.

Voici donc le témoignage de Jegoun:

Je ne choisis pas en fonction des sondages : je choisis la personne qui me parait avoir le moins de chances d’être éliminée. Et c’est pour ça qu’au fond, le projet n’a pas spécialement beaucoup d’importance vis-à-vis du résultat de l’élection : un électeur de gauche votera à gauche et un électeur de droite votera à droite. Il nous reste donc les électeurs non politisés, ces trois ou quatre millions de personnes qui feront basculer la balance : ils n’auront pas étudié les projets avant de mettre les bulletins dans l’urne.

Ca a le mérite d’être clair: Pas de débat en A4[5] qui donne mal à la tête au bout de 5 lignes.

A cela d’autres lui répondent que c’est le cas, ou parlent de vision décadente de la politique . Ces vilains seraient des loosers qui se cachent derrière une posture. Bref, ça part en sucette ! ou plutôt en version gore : Sarko est encore en place pour cinq ans à cause de ces espèces de zombies qui n’ont rien compris.  Ou barbus maléfiques : ces ayatollahs qui pensent que le vote à la primaire se fera sur les idées! 

Etrangement, sans doute avec le bénéfice de l’âge c’est Didier Goux[1] qui répond à tout ce monde (sans insultes) et sort ce qui est une vérité : Mais enfin, réveillez-vous, tous : les gens n’ont JAMAIS voté pour un programme ! Au mieux, ils votent pour ce qu’ils ont cru en comprendre, ce qui n’est pas exactement la même chose (soit en gros l’exact contraire du discours de Nicolas J qui ne l’a pas remarqué, et avec contradiction dans le propos Gouteux ). Ca va d’ailleurs être le fond du problème, en faisant abstraction des insultes.

Tout d’abord, bien sûr que si les gens votent pour un programme (ou morceau ou résumé) sinon la gauche se serait pas fait démonter la gueule aux élections pour ne pas avoir respecté ses promesses et donc son “programme“. On peut remontrer aux municipales de 1982, elections de 1984 etc..  ou à 2002 par exemple. On peut aussi rappeler le coup de l’europe sociale au programme en 2004, reniée 6 mois plus tard[4] , et ce qui c’est suivi.

Et que dire de 2007 ? les électeurs ont retenu des choses marquantes du projet de droite de Sarkozy, présenté abusivement comme du bon sens “mais mââââââdame Chabot, vous trouvez juste que …“. Voici une liste des ces trucs, qui doivent logiquement avoir marqué votre esprit :

  • Travailler plus pour gagner plus , slogan et programme : Moi Sarkozy je vais vous donner plus de travail et ce sera net d’impôts.
  • Moins d’impôts si vous achetez un bien immobilier à crédit, les interets seront soustrait à votre impôt ! Je veux une france de propriétaires .
  • Réduction des droits de successions pour que vous puissiez hériter de vos parents sans payer d’impôts.
  • Augmenter les petites retraites , par ce que “mâââââaame chabot, vous comprenez” …

Tout ça ciblant les primo-accédants immobiliers salariés en CDI, les futurs héritiers fantasmant sur une rente (merci l’immobilier) et les vieux nantis qui veulent[3] que les autres travaillent plus pour que leur niveau de vie reste constant. Et aussi les vieux à petite retraite. Tout ça quand la Gauche promettait[2] plus d’emplois pour les pauvres chômeurs, plus de salaires pour les petits salaires , moins de nucléaire, des trucs verts une republique exemplaire.

Sarkozy a donc formaté son discours en fonction d’un matriçage de la société , et les électeurs ont retenu les faits principaux du programme et ont donc voté pour le Nain, parfois même en changeant de camp politique. Comme ce fut le cas de salariés qui ont voté Sarkozy en abandonnant la gauche… Et qui sont revenus à gauche lors des élections suivantes quand ils constaté que les promesses de campagne (donc programme) de Sarkozy n’étaient pas appliqués ou produisaient de la merde.

Et pour revenir à nos primaires : le grand mystère, ça va être la réponse des citoyens aux solicitations des militants de Gauche. Et aussi l’occasion pour ces militants de faire la pédagogie de quelques propositions fortes, de noter les mots utilisés par les citoyens pour commenter ou critiquer, les questions posées… Et faire des propositions qui pourront faire la difference entre candidats à la primaire, par ce que le débat sera politisé… et que le PS vise 1 million de porte à porte lors de cette primaire. Et ça ça vaudra au bas-mot 100 000 fois un débat de bistro ou de blog.

fiche_primaire.jpg

Notes :

[1] Bon faut le dire aussi Romain Pigenel est d’accord.

[2] Je résume bien sûr.

[3] Depuis 2002, les sondages le montraient : seuls les non travailleurs de + de 60 ans étaient favorable à “travailler plus ” ou “faire travailler plus les français” 

[4] François Hollande à la manoeuvre à l’époque.

[5] Comme expliqué à Nicolas, chez lui: c’est une qualité que d’exprimer son avis de manière simple sans nécessiter que le lecteur soit d’un niveau bac+15 avec option Latin.  Il a pris ça pour une critique négative, ce n’est pas le cas