Odieuse agression d'un paysan par un fou agité !

Avant de jouer à la victime dans un café de Bayonne, le jeudi premier mars, Nicolas Sarkozy était allé voir des paysans. Vous allez voir dans cette vidéo le mépris du candidat vis à vis du monde paysan !

 

“Moi je n’ai pas 40 hectares“, voilà son explication … Mais sait-il le travail que ça représente et quand la dame ose: “on a rien pour vivre” , là, le président du “pouvoir d’achat”  ne réagit pas. Ah oui ! Logique : Ces deux là ne sont pas de ses amis gros céréaliers de la FNSEA, mais des petits agriculteurs sans doute des petits éleveurs dont le travail ne rapporte que quelques centaines d’euros par mois.

Un terrible moment, observez bien les gestes : Il pousse du doigt celui qui lui résiste verbalement, ce n’est pas le casse toi pov’con, mais c’est aussi terrible : pousse toi, pousse toi … Alors qu’à première vue ce monsieur est chez lui, et Sarkozy est invité. Mais pour Sarkozy ce monsieur, là , c’est un plouc. Sans doute un irréductible qui veut vivre de son travail, alors que la FNSEA et les sarkozystes veulent que tout ce monde là se réduise au profit d’exploitations de grandes tailles et d’industrialisation totale de la production.. au profit de quelques uns.

Et la conclusion : Ok, Ok, Ok.. La nervosité est visible et audible. On croirait voir un petit caïd de cour d’école, le petit chef de bande qui se fait contredire et se retient de taper du pied (y’a de la boue, notons le)  et de péter les plombs. L’explosion en vol a été évitée de peu.

J’invite ces agriculteurs qui ont du mal à vivre de leur travail, à consulter les propositions de François Hollande :

Je défendrai un budget européen ambitieux pour l’avenir de l’agriculture dans sa diversité, en particulier l’élevage, dans le cadre de la révision de la politique agricole commune. J’encouragerai la promotion de nouveaux modèles de production et de l’agriculture biologique. Je donnerai aux producteurs les moyens de s’organiser pour rééquilibrer les rapports de force au sein des filières face à la grande distribution. Je garantirai la présence des services publics locaux dans le monde rural.